Norbert Jan a implanté des naissains d’huîtres français depuis plus de quinze ans au Sénégal.

  • Norbert Jan a implanté des naissains d’huîtres français depuis plus de quinze ans au Sénégal. | Benjamin Chabert

« Beaucoup n’y croyaient pas », lâche l’homme, en jetant un regard vers son parc à huîtres. Deux ramasseurs de coquillages les trient soigneusement sous un soleil de plomb. Les grosses seront sorties de l’eau dans six semaines. Les petites retournent dans leurs filets.

Norbert Jan se targue de faire partie de la race des obstinés. Un Breton, un vrai. À 55 ans, ce Morbihanais de Crac’h peut se féliciter d’avoir déjoué les pronostics les plus pessimistes des experts français de la conchyliculture… « On m’a dit que je ne réussirai jamais à faire des huîtres au Sénégal », lâche l’inébranlable entrepreneur.

Il est vrai que son projet peut paraître, de prime abord, ambitieux. Importer des naissains français pour les faire flotter au milieu de la mangrove africaine : il fallait oser.